Triton crêté, Triton à crête

Triton crêté, Triton à crête
Présent toute l’année sur le bassin de Saulx

Nom scientifique :

Habitat :
Le triton crêté fréquente les plaines et les collines de basse altitude. Il privilégie les eaux stagnantes profondes, permanentes, bien ensoleillées et riches en végétation. C'est l'espèce de triton qui reste le plus longtemps en phase aquatique : le séjour dans l'eau débute en mars et se poursuit après la reproduction jusqu'en juillet-août. C'est le plus grand des tritons européens (10 à 18 cm de long).

Comportement :
Le mâle adulte a une haute crête dorsale. Sur terre, sa crête disparaît et devient presque impossible à voir. La femelle n'a pas de crête dorsale et ses couleurs sont plus ternes. Le dessous de la queue est orangé. Il hiverne généralement à terre (dans la terre meuble, les terriers de petits mammifères ou sous des matériaux en décomposition) mais il lui arrive de le faire au fond d'une pièce d'eau. Il est en phase de vie ralentie à partir de septembre ou octobre. L'adulte présente une activité nocturne, tandis que les individus au stade larvaire présentent plutôt une activité diurne.

Alimentation :
Comme le Triton palmé.

Reproduction / Nidification :
Les premiers jours dans l'eau sont consacrés à l'alimentation pendant que la crête des mâles se développe. Le mâle défend un territoire dont il interdit l'accès aux autres mâles. Le couple se fait face : la femelle est posée sur le fond et le mâle en position presque verticale, "danse" devant elle. Si elle l'accepte, ils se retrouvent l'un sur l'autre (croisés généralement), le mâle étant dessus. La fécondation est interne et se déroule dans l'eau. La femelle pond pendant 3 à 4 mois entre 200 et 400 œufs. Ils sont ovales et d'une taille d'environ 2 mm. Leur couleur est blanc jaunâtre. Le développement de l'embryon prend de 15 à 20 jours. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 2 ans pour les mâles et 2-3 ans pour les femelles. L'espérance de vie est d'une dizaine d'années.

Menace / Protection :
Comme la plupart des amphibiens, le triton alpestre est vulnérable aux pesticides et à la pollution des eaux douces. La destruction des petits plans d'eau naturels et l'ajout de poissons prédateurs ou de canards dans les étangs et bassins limitent sa reproduction.