Crapaud commun

Crapaud commun
Présent toute l’année sur le bassin de Saulx

Nom scientifique : Bufo bufo

Habitat :
Il vit dans tous les biotopes et zones climatiques : dans les forêts comme dans les lieux ouverts, dans les villes comme en montagne, dans les milieux humides comme dans les milieux relativement secs. Il vit sur terre et ne rejoint l'eau que pendant la brève période de reproduction. Il reste pendant la journée dans un trou naturel (sous des pierres, dans des trous ou fissures de murailles) ou creusé par ses soins.

Comportement :
En présence d'un ennemi naturel, il se dresse sur ses pattes, se gonfle et baisse la tête pour paraître plus gros et décourager le prédateur. S'il est touché ou soulevé, il excrète de l'urine. Sans oublier l'action des deux glandes parotoïdes. Elles sécrètent un poison dont les principes actifs sont la bufonine et la bufotaline. Ce liquide blanchâtre irritant sert de défense contre les ennemis potentiels. Inoffensif pour l'homme, cependant une simple manipulation du crapaud commun peut provoquer des irritations si les mains sont portées à la bouche ou aux yeux. Un têtard blessé dégage dans l'eau une substance qui permet d'avertir les autres d'un possible danger. Il se déplace d'habitude en marchant. S'il se sent en danger, il saute. Sa peau lui permet d'absorber l'eau dont il a besoin car il ne boit pas par la bouche.

Alimentation :
Il chasse à l'affût dès le crépuscule et pendant la nuit. Son œil voit très bien dans l'obscurité grâce à sa pupille horizontale très extensible. Il se nourrit principalement d'insectes divers et de petits animaux (limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères, etc...) qu'il attrape en projetant sa langue collante avant de les ramener vers sa bouche. Il mastique sa proie en l'écrasant avec le palais. Quand il mange, ses yeux se ferment et rentrent dans sa tête.

Reproduction / Nidification :
Le choix des sites pour la reproduction semble privilégier les plans d'eau situés en milieu relativement ouvert et en lisière de forêt. Ils drainent les crapauds dispersés dans un rayon de 1 km (parfois jusqu'à 3 km). Des dizaines, des centaines, voire des milliers d'individus se regroupent. Le crapaud commun est généralement fidèle à un site de reproduction. Les mâles sont beaucoup plus nombreux que les femelles et les combats pour le droit de s'accoupler sont fréquents. Pendant les ardeurs du rut, le mâle, généralement plus petit que la femelle, la harcèle parfois avec maladresse avant de se hisser pour de bon sur son dos (pas d'accouplement ventre à ventre). Les mains du mâle sont enfoncées dans les aisselles de la femelle. Il n'est pas rare de voir plusieurs mâles s'agripper autour de la même femelle. L'accouplement peut durer des heures, le mâle chevauchant la femelle souvent bien avant d'atteindre l'eau. Son instinct de reproduction l'amène à s'accrocher à tout ce qui bouge (grenouille, poisson, autre mâle) et à ne lâcher prise parfois que plusieurs jours après. Quand la femelle est prête à pondre, le mâle commence à lui caresser les flancs. Un cordon peut mesurer jusqu'à 5 m de long, et contenir entre 2000 et 3500 œufs. L’incubation dure de 21 à 28 jours. L'espérance de vie est d'environ 12 ans pour les mâles et de 9 ans pour les femelles.

Menace / Protection :
La situation régionale du Crapaud calamite est préoccupante. L’espèce paraît très menacée à moyen terme. Ces dernières décennies, la dégradation des biotopes humides, notamment dans le lit majeur des cours d’eau, a conduit à une nette régression de l’espèce. Interdiction sur le territoire national et en tout temps de détruire ou d'enlever les œufs ou les nids, de détruire, de mutiler, de capturer, de naturaliser ou d'enlever qu'il soit vivant ou mort, de colporter, d'utiliser, de commercialiser.